Med-Sba le forum de tout le monde
Bienvenue cher(e) visiteur, ici surement votre espace (vous êtes malade, cultivé, dans le domaine médical....) enregistrez vous pour avoir la possibilité d'accéder aux différents forums.
Vous avez la possibilité de laisser vos commentaires dans le forum des visiteurs.
Amusez vous bien.

Un BIOMARQUEUR qui prédit le risque d’INSUFFISANCE CARDIAQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un BIOMARQUEUR qui prédit le risque d’INSUFFISANCE CARDIAQUE

Message par zikos le Lun 16 Aoû - 17:55


Un BIOMARQUEUR qui prédit le risque d’INSUFFISANCE CARDIAQUE

Un biomarqueur est une substance biochimique qui circule dans le sang, repérable et dosable, et qui est le témoin d’un évènement biologique : fonctionnement d’un organe, souffrance d’un organe, témoin d’un niveau de facteur de risque… Ici, dans l’étude publiée récemment par une équipe de l’Inserm, de l’Institut Pasteur de Lille en collaboration avec le CHRU de Lille de Rouen, le marqueur est la Troponine t, le risque l’insuffisance cardiaque, le facteur de risque l’infarctus du myocarde.
Ces résultats ont été publiés dans l’European Heart Journal.
L’infarctus du myocarde se traduit par la destruction d’une portion importante de la masse musculaire du cœur, ce qui ampute d’autant la puissance de pompage du myocarde. Depuis quelques années, on dispose de deux marqueurs de la souffrance du myocarde lors et après l’infarctus : les Troponines i et t, détectables en proportion infinitésimale en condition cardiaque normale, mais en forte quantité en cas de souffrance du myocarde, car ce sont des éléments constitutifs des fibres musculaires du cœur, dont le relargage et le dosage sont aussi témoins du risque d’insuffisance cardiaque post-infarctus, consécutive à la perte de puissance de pompage du cœur.

Les Troponines ne seraient pas en fait seulement des témoins de la souffrance du cœur, elles seraient également un avertisseur du risque d’insuffisance cardiaque. Celles-ci se développent sous l’influence de facteurs de croissance qui tendent à hypertrophier le myocarde pour compenser la masse musculaire détruite par l’infarctus. Mais cette hypertrophie compensatoire, dénommée remodelage (le myocarde cherche à retrouver sa forme originelle), a ses limites. Asymptomatique, il ne peut rendre au myocarde ses capacités d’avant – seule la réadaptation post-infarctus le peut dans les meilleures conditions.

L’équipe de Lille a étudié les modifications biochimiques subies par la Troponine t en post-infarctus. Lors de soin apparition dans le sang en cas de souffrance myocardique, elle se présente sous une forme phosphorylée, qui pourrait constituer un marqueur biologique du risque de remodelage ventriculaire gauche : la troponine t a subi une réduction de sa phosphorylation habituelle. En développant des anticorps spécifiques, les chercheurs ont pu comparer sur l’animal les différences biochimiques entre la Troponine t des animaux en insuffisance cardiaque avec celle des animaux au cœur normal.

Cette différence est détectable dans le sang. C’est donc un examen de biologie médicale qui pourrait être dans l’avenir prédictif du risque de remodelage vers l’hypertrophie ventriculaire gauche, alors que l’évolution vers ce remodelage est jusqu’ici difficile à prédire. Si le dosage est positif, il est temps de prévoir un traitement ciblé : la phosphorylation devient un bon indicateur des modifications dans les suites immédiates d’un infarctus du myocarde.

Les résultats observés chez l’animal ont été confirmés chez 91 patients inclus dans l’étude REVE (REmodelage VEntriculaire). Les anticorps ciblés spécialement développés reconnaissent également chez l’Homme lares deux formes phosphorylées de la troponine t. Et, plus le patient présente un fort remodelage ventriculaire gauche, plus la phosphorylation observée est faible.

Un brevet a été déposé avec Inserm-Transfert, organisme de l’Inserm qui se charge du développement industriel des découvertes de ses chercheurs, ici vers l’industrie du diagnostic in vitro (IDIV), en déposant des brevets nationaux et internationaux, en raison de l’intérêt majeur de cette découverte.

Une étude avec un plus grand nombre de patients va s’organiser pour déterminer si ce marqueur peut être aussi un pronostic de sévérité de l’insuffisance cardiaque.


Source : Communication Inserm ((Florence Pinet et coll., Inserm U 744 Santé publique et épidémiologie moléculaire des maladies liées au vieillissement et Inserm U644 au CHU de Rouen),

_________________
Il y a quelque chose de plus haut que l'orgueil, et de plus noble que la vanité, c'est la modestie, et quelque chose de plus rare que la modestie, c'est la simplicité.
avatar
zikos
co-administrateurs
co-administrateurs

Masculin Capricorne Serpent
Nombre de messages : 868
Age : 27
Emploi : Etudiant
Points : 2068
Date d'inscription : 02/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum