Med-Sba le forum de tout le monde
Bienvenue cher(e) visiteur, ici surement votre espace (vous êtes malade, cultivé, dans le domaine médical....) enregistrez vous pour avoir la possibilité d'accéder aux différents forums.
Vous avez la possibilité de laisser vos commentaires dans le forum des visiteurs.
Amusez vous bien.

VACCIN anti H1N1 et EFFETS SECONDAIRES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VACCIN anti H1N1 et EFFETS SECONDAIRES

Message par zikos le Mar 10 Nov - 22:43


VACCIN anti H1N1 et EFFETS SECONDAIRES




"A vaccine, like any medicine, could cause a serious problem, such as a severe allergic reaction". Les U.S. Centers for Disease Control publient un tableau des effets indésirables des différents vaccins commandés aux Etats-Unis. S’il n’est pas toujours possible d’effectuer un rapprochement parfait entre les vaccins destinés aux Américains et les vaccins homologués pour l'Europe, quelques principes restent communs. Les CDC abordent l’augmentation du risque cardiovasculaire sous-jacent ou le risque de syndrome de Guillain-Barré, avec une probabilité estimée à 1 ou 2 cas par million de personnes vaccinées.


Un vaccin, comme tout médicament, peut causer un problème grave, rappellent les CDC, comme une réaction allergique sévère. Mais le risque d’effets indésirable grave ou de décès, est extrêmement faible. Les 3 vaccins homologués pour l’Europe par l’Agence européenne du médicament, Focetria®️ de Novartis, Pandemrix®️, de GSK – avec lequel a débuté la campagne de vaccination, Celpavan®️ de Baxter sont des vaccins inactivés. Les 2 vaccins Panenza®️ et Humenza®️ de Sanofi Pasteur sont également inactivés. Tous les vaccins anti-H1N1 destinés à la population française, les 3 vaccins homologués pour l’Europe et Panenza®️ -qui devrait recevoir directement son AMM de l’Afssaps le 20 novembre et être réservé en priorité aux femmes enceintes- sont des vaccins inactivés, c’est-à-dire que le virus « a été tué » et que le sujet ne peut pas « attraper » la grippe par le vaccin.


Selon les CDC, les risques des vaccins H1N1 inactivés sont similaires à ceux des vaccins inactivés contre la grippe saisonnière. Des effets indésirables doux (mild) peuvent intervenir à la suite de la vaccination. Il s’agit de douleur, rougeur, sensibilité ou gonflement au site d'injection, l’évanouissement (principalement des adolescents, précisent les CDC), des maux de tête, des douleurs musculairesfever, de la fièvre et des nausées. Ces effets, lorsqu’ils se produisent, interviennent dans les 2 jours qui suivent la vaccination.


Des effets plus graves sont possibles : Les réactions allergiques mettant la vie en danger sont extrêmement rares. Lorsqu’elles se produisent, c’est généralement en quelques minutes à quelques heures après l'injection. En 1976, un certain type de vaccin contre la grippe porcine a été associé à des cas de syndrome de Guillain-Barré (SGB). Depuis lors, on n’a pas identifié à nouveau de lien entre les vaccins contre la grippe et le SGB. Toutefois, s'il ya un risque de SGB lié aux nouveaux vaccins contre la grippe H1N1, les CDC précisent que ce risque ne serait pas plus élevé qu’1 ou 2 cas par million de personnes vaccinées. Ce chiffre est bien inférieur au risque de grippe sévère, qui peut être prévenue par la vaccination, concluent les CDC.


Le syndrome de Guillain-Barré (SGB) : Les CDC basent leur évaluation du risque de SGB, lié à la vaccination, en partie sur une étude de la littérature scientifique sur le sujet. Le SGB est la principale cause de paralysie aiguë dans les pays développés et se caractérise par divers degrés de faiblesse, des anomalies sensorielles et un dysfonctionnement neurovégétatif. Bien que l'étiologie du SGB ne soit pas totalement comprise, la stimulation immunitaire joue un rôle important dans le développement de la maladie. A partir de là, les vaccins ayant un effet sur le système immunitaire, il est biologiquement plausible que les vaccinations puissent être associées au SGB. Cette analyse, publiée dans des revues scientifiques reconnues entre 1950 et 2008, indique que, sauf rares exceptions, les associations entre les vaccins et le SGB ont été que temporaires. Il existe peu de preuves de lien de cause à effets pour la plupart des vaccins. Le lien de causalité identifié le plus important concerne le vaccin contre la grippe porcine qui a été utilisé en 1976-77. L'étude des vaccins contre la grippe utilisés au cours des années suivantes, n’a identifié que peu ou pas de risque accru de SGB.


Les données des CDC sont limitées sur les effets liés aux adjuvants, les vaccins commandés aux Etats-Unis étant non adjuvantés. Néanmoins, on retiendra cette étude qui relie adjuvant et développement chez les sujets à risques de troubles et maladies cardiovasculaires sous-jacents.


Les risques cardio-vasculaires ont-ils été suffisamment pesés ?
Un article de l’«Institute of Medical Microbiology and Hygiene, University Medical Center,Mainz, Allemagne », publié dans la revue Medical Microbiology and Immunology analyse les risques liés aux adjuvants utilisés pour la vaccination européenne, MF59 ou AS03 et cité par les CDC. Les chercheurs attirent l'attention sur les dangers méconnus de l'utilisation de vaccins avec adjuvant en Europe. L'expérimentation animale indique que la stimulation du système immunitaire par des vaccins avec adjuvants pourrait accélérer l'athérogenèse. La vaccination « adjuvantée » pourrait donc favoriser chez des sujets à risque le développement de maladies cardio-vasculaires.


Sources :


_________________
Il y a quelque chose de plus haut que l'orgueil, et de plus noble que la vanité, c'est la modestie, et quelque chose de plus rare que la modestie, c'est la simplicité.
avatar
zikos
co-administrateurs
co-administrateurs

Masculin Capricorne Serpent
Nombre de messages : 868
Age : 27
Emploi : Etudiant
Points : 2068
Date d'inscription : 02/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum